1.1 L'Argonne, un secteur idéalement conservé

Bordé à l’ouest par la vallée de l’Aisne et à l’est par celle de l’Aire, l’Argonne adopte la forme d’un vaste quadrilatère de 40 km de haut pour 15 km de large. Son sous-sol, exclusivement constitué de « gaize » (formation géologique siliceuse) est par nature très pauvre et seule la forêt réussit à pousser sur ces collines dont l’altitude oscille entre 170 et 280 m. Dès le début de la Grande Guerre (octobre-novembre 1914), le front va couper le massif forestier en son centre, suivant un axe ouest-est. 

De part et d’autre du front, Allemands et Français vont implanter sous ce couvert protecteur les très nombreux aménagements logistiques nécessaires à alimenter la ligne de front. Après 4 années de combats qui vont générer une déforestation sensible, les troupes américaines reprennent ce secteur en octobre 1918. Dès la fin des combats, la forêt va peu à peu reconquérir ses droits sur ces terrains et ainsi protéger les multiples traces laissées par les combattants de la Grande Guerre (tranchées, camps, voies ferrées, etc.). Près d’un siècle plus tard, le massif forestier de l’Argonne est devenu un conservatoire idéal d’une zone de front, préservée par la présence de la forêt.

{ Entrez }